Les Formations :

L'évaluation de départ :

La Formation AAC

La conduite accompagnée peut commencer dés l'âge de 15 ans au lieu de 16 ans. Pour les élèves ayant choisi l'option de la conduite accompagnée, ils auront la possibilité de passer l'examen du permis de conduire dés l'âge de 17 ans.

La phase de conduite accompagnée doit durer 1 an minimum et l'élève doit avoir parcouru 3000 kms minimum.

La conduite accompagnée permet, après une formation initiale en école de conduite, d’acquérir de l’expérience au volant en toute confiance et sous le contrôle d’un accompagnateur, dans les conditions de circulation les plus variées possibles, avant le passage des épreuves pratiques et l’obtention du permis de conduire et de l’autonomie.

En 2017, 213 898 permis de conduire de la catégorie B ont été délivrés via la filière de l’AAC, soit seulement 24,8 % de la totalité des permis délivrés pour cette catégorie.

Pourtant, cette formation « au long cours » réduit considérablement l’accidentalité chez les conducteurs novices et enregistre un meilleur taux de réussite à l’examen. 

Le taux de réussite à l’épreuve pratique en vue de l’obtention de la catégorie B du permis de conduire est de 75 % pour les candidats ayant suivi une formation anticipée à la conduite, contre 52 % pour les candidats qui ont suivi la formation traditionnelle.

La Formation B :

Pour vous inscrire à l’examen du permis de conduire, vous devez :

  • avoir au moins 17 ans (ou 15 ans si vous préparez le permis dans le cadre de l’apprentissage anticipé de la conduite) ;
  • être titulaire de l’ASSR 2 ou de l’ASR si c’est la 1ère catégorie de permis que vous passez et que vous êtes né après 1988 ;
  • avoir obtenu un certificat médical d'aptitude à la conduite si vous êtes concerné par un handicap ou une pathologie invalidante.

La Conduite Supervisée :

Conduite supervisée

La conduite supervisée permet au candidat âgé de 18 ans au minimum, inscrit dans une école de conduite, de compléter sa formation initiale par une phase de conduite «supervisée» par un accompagnateur, afin de passer l’épreuve pratique dans des conditions plus sereines. Cette forme d’apprentissage est plus souple que l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC), mais possède des avantages similaires.

À qui s’adresse la conduite supervisée ?

L'apprentissage en conduite supervisée des véhicules légers s’adresse aux candidats, de 18 ans au minimum, qui souhaitent acquérir une expérience de conduite avant le passage de l’examen du permis de conduire ou après, en cas d'échec(s) à l’épreuve pratique.

Pour vous inscrire, vous devez aussi avoir l’accord de l’assureur du véhicule.

Quelles sont les conditions d’accès ?

On peut choisir la conduite supervisée :

  • soit au moment de l’inscription à l’auto-école ; 
  • soit après un échec à l’épreuve pratique.

Pour y accéder, il faut : 

  • avoir réussi le code de la route ; 
  • avoir suivi une formation pratique avec un enseignant de l’école de conduite (20 heures minimum) ; 
  • avoir bénéficié d’une évaluation favorable de la part de son enseignant et de la sécurité routière et obtenu l’attestation de fin de formation initiale (AFFI) figurant en annexe du livret d’apprentissage, définie par arrêté du ministre chargé de la sécurité routière.

La Formation Post-Permis :

Formation complémentaire « post-permis »

À partir du 1er janvier 2019, les titulaires d’un premier permis de conduire (les conducteurs novices) qui auront suivi une formation complémentaire « post-permis » bénéficieront d’une réduction du délai probatoire.

Pourquoi la création d’un tel dispositif ?

 Au cours des six premiers mois après l’obtention du permis de conduire, il existe un pic d’accidents chez les conducteurs novices. Le risque d’être impliqué dans un accident mortel est multiplié par 2 dans les trois premiers mois et par 1,5 dans les trois mois suivants. En cause ? Un sentiment de surconfiance dans les mois qui suivent l’obtention du permis de conduire. L’objectif de la formation post-permis est de susciter chez les conducteurs novices un processus de réflexion sur leurs comportements au volant et leur perception des risques au moment où ils acquièrent davantage d’assurance.
 

Quand prend-il effet ?

La réduction de la période probatoire à l’issue de la formation « post-permis » sera mise en place à partir du 1er janvier 2019, conformément à la décision du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 2 octobre 2015 (mesure D17).

Cette formation complémentaire s’adresse donc exclusivement aux titulaires d’un premier permis de conduire (A1, A2, B1 ou B) entre les 6e et 12e mois qui suivent son obtention, ni avant, ni après.

Le décret n° 2018-715 du 3 août 2018 introduit dans le code de la route la possibilité d’une formation post-permis exclusivement réservée aux conducteurs novices.
 

Une formation certifiée dans une école de conduite labellisée

La formation sera dispensée uniquement par les établissements (écoles de conduite ou associations), détenteurs d’un label « qualité », délivré par les services de l’État ou d’une équivalence à ce label, reconnue par l’arrêté du 26 février 2018 portant création du label « qualité des formations au sein des écoles de conduite ».

La formation est collective afin de permettre un maximum d’échanges sur les expériences de conduite entre les conducteurs d’une même génération. Sa durée est limitée à une seule journée (7 heures).
Un enseignant de la conduite spécialement formé est responsable de l’animation de chacune de ces journées. Le contenu de la formation a été élaboré par des spécialistes de la sécurité routière.
 

Réduction de la période probatoire

Depuis 2003, le permis de conduire est probatoire et doté d’un capital de 6 points à son obtention. Une période de 3 années durant lesquelles le permis est crédité de 2 points tous les ans est indispensable pour que le conducteur gagne en maturité et obtienne ses 12 points.

Cette période probatoire est réduite à deux ans pour ceux qui ont obtenu la catégorie B du permis de conduire à la suite d’une formation en apprentissage anticipé de la conduite (AAC).
Ainsi, 
lorsque la formation post-permis sera suivie, la période probatoire se verra réduite de 3 à 2 ans pour le titulaire d’un permis B traditionnel et de 2 ans à 1 an et demi pour le titulaire d’un permis B qui a qui aura suivi l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC).

 

Partagez votre site

Consultez vos résultats du Permis de Conduire